Un communiqué commun des membres du groupe Saint-Denis à gauche, de Bakary Soukouna pour la Seine-Saint-Denis au cœur et du non-inscrit Christophe Durieux, dénonce l’« autoritarisme et (le) mépris du Maire envers l’opposition municipale »

, par La Rédac’

Le Blog de Saint-Denis publie le communiqué commun de la quasi totalité des élus d’opposition après le conseil municipal du 8 février. Une seule absence parmi les signatures, celle de Brahim Chikhi qui, contacté, se déclare totalement solidaire de la démarche d’autant qu’il a connu maintes fois ces manières d’agir de la part du Maire à son endroit ; des attitudes répétées qui l’ont conduit, à plusieurs reprises, à quitter le conseil municipal. Le Blog de Saint-Denis reviendra dans un prochain article sur le sujet de l’expression et des droits des élus de l’opposition.

Lors du Conseil municipal du 8 février 2024, le comportement autoritaire, méprisant et antidémocratique du Maire de Saint-Denis envers l’opposition municipale a atteint un niveau inacceptable. L’ensemble de l’opposition a décidé de quitter la séance.

Depuis le début de son mandat, le Maire de Saint-Denis a systématiquement ignoré les règles élémentaires de respect du droit d’expression des élus de l’opposition. Nos interventions ont été constamment interrompues, empêchées, leur temps de parole réduit de manière injustifiée, et pire encore, le Maire n’a cessé de railler avec mépris les élu.e.s de l’opposition.

Face à cette situation récurrente et à l’absence de prise en compte de nos précédentes alertes, il n’y avait malheureusement pas d’autre choix pour l’opposition que de quitter brutalement le Conseil Municipal. Cet acte radical a été dicté par notre responsabilité en tant qu’élus et par le respect des fonctions qui nous ont été confiées par les citoyens de Saint-Denis.

Nous annonçons avoir saisie le Préfet de la Seine-Saint-Denis.

Dans une ville où les possibilités pour les habitants d’exprimer leurs avis et d’être entendus ont été réduites à peau de chagrin, le conseil municipal est le dernier lieu où la politique municipale pourrait souffrir d’un minimum de contradiction. Force est de constater que même cela semble insupportable au Maire. Une telle régression en matière de démocratie locale dans notre ville conjuguée à ces attaques intolérables au droit d’expression des élus municipaux ne peuvent que fortement nous inquiéter.

Enfin, les gesticulations de certains, y compris de la première adjointe, depuis jeudi soir, pour tenter de justifier l’injustifiable, recourant au mensonge et aux basses tentatives de division de l’unité de notre groupe, ne tromperont personne. Elles ne font que révéler la fébrilité qui saisit jusqu’aux têtes dirigeantes de cette majorité. A l’inverse, nous ne pouvons qu’encourager la présidente du groupe Notre Saint-Denis à se concentrer sur l’accomplissement de ses propres missions et à garantir le fonctionnement démocratique au sein de son propre groupe.

Saint-Denis à Gauche : Nora Bensalah, Sofia Boutrih, Florence Haye, David Proult, Stéphane Peu, Sophie Rigard, Laurent Russier.
Seine-Saint-Denis au cœur : Bakary Soukouna.
Non-inscrit :
Christophe Durieux.