Mathieu Hanotin ou l’insouciance en marche

, par Rosalie Merteuil

Par un post Facebook du haut d’un sommet pyrénéen le maire annonçait sa rentrée de congés dès le lundi 14 août. On est content. Et rassuré. L’atterrissage ne sera pas trop rude d’autant que mardi 15 est férié. Nous étions pourtant nombreux à nous faire du souci. Le maire est-il en forme ? A-t-il passé de bonnes vacances ?

Certains craignaient que les poussées inflationnistes de l’été sur les produits de première nécessité ou le prix des carburants reparti à la hausse viennent gâcher l’insouciance toute méritée du premier magistrat en période estivale.

Et bien non, le sourire est radieux et le fier T-shirt siglé de l’empreinte que Saint-Denis doit laisser sur les JO ont convaincu les plus inquiets. Le maire va bien. Très bien même. L’insouciance, la liberté sont de mise.

Rendez-vous compte, même pas de montre au poignet. Libre comme l’air. Libre comme un marcheur. L’insouciance en marche.

Les like prolifèrent sur le post. On ne sait qui ou quoi est liké. La marche ? Les vacances ? Le maire ? Les Pyrénées ?

Mais qu’importe. C’est beau. L’air est pur. Le panorama grandiose.

Marcher. On vous promet bonheur et santé. Le message est implicite.

La première adjointe, Katy Bontinck, y va elle de son commentaire explicite en nous invitant avec FranceTVInfos aux « Pouvoirs de la marche ».

Le maire et sa première adjointe en avaient vanté l’intérêt lors d’un conseil municipal fustigeant sans gêne les possibles fainéants ou simples d’esprit ignorant tous ses bienfaits.

Pour la rentrée, restera à convaincre ceux qui au ras du bitume, chargés, encombrés, exténués devront marcher pour rejoindre un 153, un 253 ou un 239.

Marcher, ici bas, sur terre. A la rentrée. La vraie, pas celle d’un randonneur d’été.