Massacre de la couverture de l’autoroute A1 à la Plaine ou comment se défausser sur les services de l’Etat. Mathieu Hanotin et Adrien Delacroix en première ligne. L’élu au patrimoine, Yannick Caillet, aux abonnés absents

, par La Rédac’

Dans son édition du 14 décembre le quotidien Le Parisien indique que c’est bien à la demande la ville que s’est effectuée « la suppression des débords de toiture des locaux à hauteur de la place Diderot, comme le retrait de bancs posés en façades ». Interrogée le 6 décembre par le quotidien, la direction des routes d’Île-de-France (DiRIF) a confirmé ce que beaucoup avait imaginé. Les propos d’Adrien Delacroix, toujours dans Le Parisien, confirment aussi que tout cela s’est fait sans le moindre échange avec l’Architecte des Bâtiments de France (ABF) comme nous l’indiquions dans notre précédent article où tous les documents sont accessibles.

Selon nos informations, la conclusion de la réunion qui s’est tenue en visioconférence jeudi dernier est sans appel. Pour les services de l’Etat en charge des questions patrimoniales les locaux techniques devront retrouver leur état initial.

Dans cette affaire, pour laquelle il n’y a eu, selon la réponse des services de l’urbanisme réglementaire aux interrogations du Collectif, aucune autorisation délivrée, on retiendra à ce stade trois éléments.

Pour Mathieu Hanotin, Maire-Président, « il n’est pas question de revenir en arrière » y compris sur des travaux effectués sans autorisation et sans consultation de l’ABF ?! Ça devient compliqué !

Pour Adrien Delacroix, en charge de l’urbanisme (sic), « Moi, j’y suis pour rien, c’est la faute à la Dirif qui "a peut-être été trop vite" ». "Peut-être", ne chargeons pas trop la mule, la Dirif pourrait se rebiffer.

Pour l’élu en charge du patrimoine, Yannick Caillet, qui devrait quand même dire deux trois mots, euh… c’est silence radio.

Notre article du 29 novembre c’est ici.

Notre article du 12 décembre et l’ensemble des échanges de courriers c’est ici.

Le Collectif, de son côté, réclame toujours une requalification globale et de qualité de cette entrée de ville majeure.