Sénatoriales. Le 93 échappe à une abracadabrantesque candidature.

, par Olivier Fort

Les grandes manœuvres sont encore en cours pour les sénatoriales. Des conseils municipaux se tiendront le 9 juin dans tout le département, les grands électeurs formant le corps électoral pour désigner les futur.e.s sénatrices et sénateurs représentants le 93. On vous en avait déjà parlé sur ce blog en évoquant la bataille pour l’investiture au sein d’EELV entre Nadia Azoug et Anne de Rugy. C’est cette dernière qui a été retenue. Après le choix d’une femme au sein d’EELV, une sénatrice écologiste sera-t-elle élue sur une liste autonome ou sur la liste PS ?

Volonté de « rééquilibrer" – il y a du boulot – le Sénat avec son écrasante majorité d’hommes – par ailleurs plutôt blancs et âgés – EELV a décidé que ce serait une femme qui porterait les couleurs des écologistes en Seine-Saint-Denis. Un choix politique légitime.

Si Anne de Rugy a bénéficié, pour être retenue, du choix de la tendance majoritaire à EELV, elle affichait par ailleurs un CV moins marqué par le cumul de mandats que Nadia Azoug, membre de la tendance minoritaire au sein d’EELV, richement dotée de mandats successifs et concomitants dans divers exécutifs dirigés par le PS.

Ayant choisi une femme – issue de la tendance majoritaire –, il fallait qu’elle soit suivie d’un homme. Et en choisissant un homme issu de la tendance minoritaire il était fait d’une pierre deux coups (parité et droit des minorités). Qui sortirait vainqueur restait la question en suspens ?

Cumuler, cumuler, il en restera toujours quelque chose.

Le choix effectué, la barque est tout aussi chargée que celle de Nadia Azoug, en effet le tableau de chasse aux mandats de Kader Chibane est tout aussi fourni.

Celui qui fut vice-président à Plaine Commune en charge des infrastructures autoroutières, puis maire-adjoint à Saint-Denis, récupérant la délégation de son ex-ami F. Hamoudi, après l’avoir élégamment éliminé, est depuis juin 2020 conseiller municipal dionysien et a rejoint la majorité PS contre qui il a fait campagne, après avoir été nommé conseiller territorial délégué à Plaine Commune toujours en charge de l’autoroute A1 par Mathieu Hanotin, et dernièrement élu conseiller régional.

Chacun appréciera le positionnement – disons plutôt les contorsions politiques – de l’élu qui inscrit alternativement sur les listes électorales du Val d’Oise ou en Seine-Saint-Denis ne rechigne devant rien pour arriver à ses fins : être élu, le plus possible, quoiqu’il en coûte à l’écologie politique et à l’image de l’organisation sur laquelle il a jeté son dévolu pour être… élu.

Kader Chibane, Whalid Allam, Essaid Zemouri.

En interne, pour les mandats, c’est pareil. Co-président du groupe des élus EELV et citoyens de Plaine Commune – ce ne fut pas sans mal –, membre du conseil fédéral EELV, il faisait partie il y a encore peu de temps du Bureau Exécutif Départemental du 93 en tant que membre du Conseil Politique Départemental. Sa place y est occupée maintenant par son fidèle E. Zemouri, co-secrétaire du groupe local EELV de Saint-Denis et par ailleurs collaborateur du groupe des Elus EELV au sein du conseil municipal de Saint-Denis que Kader Chibane préside.

On vous la refait dans l’autre sens ?

Bref, outre le cumul et le bonneteau en matière de mandats, chacun appréciera le travail mené dans le domaine des mobilités par cet élu pour ce qui concerne l’autoroute A1 depuis sa prise de responsabilité (en 2014 !) et son tout dernier soutien affiché en conseil municipal au projet de Mathieu Hanotin de supprimer six dessertes d’un service de transport en commun.

La mobilité ? La spécialité d’un élu investi ? Dans les mouvements pendulaires motorisés entre départements assurément.

L’important est d’être là où il faut. Selfies. Photos. Et stories sur Facebook.

Etre là ou là, être élu ici ou là, de préférence ici et là, quoiqu’il en coûte.

On parlait ici au mois de février d’une folie : un Val d’Oisien sénateur du 93 !

Ouf ! Aujourd’hui, avec le choix d’une femme à EELV, on se réjouira de l’élection possible d’une sénatrice écologiste – sur quelle liste ? – et surtout d’échapper à l’abracadabrantesque candidature d’un spécialiste ès cumuls et retournements de veste.

Mots-clés